Le Son Bleu N38 – La naissance spirituelle

3.007.00

La naissance spirituelle
Début d’un processus
Représentation de la vie spirituelle
Initiation de l’humanité : les énergies à l’oeuvre
Hommage à Roger Durand

 

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Description

EDITO

Marie-Agnès Fremont

LA NAISSANCE SPIRITUELLE

La naissance spirituelle est un sujet primordial car il éclaire le futur de l’humanité et il nous laisse entrevoir le sens profond de la crise qui affecte actuellement le genre humain et la planète entière. Ce thème, appelé aussi « naissance d’en haut », était particulièrement cher à notre ami et compagnon de route, Roger Durand, qui a quitté ce monde en octobre dernier. Il lui a consacré son dernier article publié dans cette revue.

L’expression « naissance d’en haut » est tirée du récit de saint Jean rapportant la réponse de Jésus à un notable juif du nom de Nicodème : « Si tu veux voir le royaume de Dieu, il te faut naître d’en haut ». Et quand Nicodème réplique : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? », Jésus répond : « Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est Esprit ». Car la naissance d’en haut dont parle Jésus est celle de la lumière de l’âme dans le corps de chair de l’être en incarnation.
Plus précisément, la naissance spirituelle désigne ici la première initiation humaine. Il ne s’agit pas d’une cérémonie publique ni de la délivrance d’un diplôme validant un acquis de connaissances.
L’initiation consacre une ouverture de conscience, un niveau de lumière intérieure, résultat d’un éveil progressif. À partir de là, l’être sait qu’il n’est pas seulement un être de chair, mais qu’il est également Esprit et que cette part de lui est totalement inaliénable. L’approche de cette étape primordiale engendre inévitablement des troubles car la personnalité (l’homme de chair) orientée jusque là vers des buts matériels et égoïstes entre en conflit avec l’être spirituel, chacun s’efforçant de dominer l’autre. Ce combat intérieur inscrit dans le devenir de l’humanité est narré de tout temps dans les mythes et les épopées : Bhagavad-Gita, Travaux d’Hercule, mythe de Faust jusqu’aux contes pour enfants. À chaque fois, c’est la profondeur de l’être humain qui est questionnée.

« Il doit en être ainsi à notre époque étonnante où – pour la première fois depuis l’apparition de l’humanité sur terre – une initiation de masse peut avoir lieu. Il n’est pas nécessaire que cette expérience s’exprime en termes occultes ; dans la majorité des cas, elle ne s’exprimera pas ainsi. L’initié, en tant qu’individu, qui prend cette initiation s’aperçoit de grands changements dans son attitude envers lui-même, envers son prochain, vis-à-vis des circonstances et de son interprétation des évènements de la vie. Ce sont spécifiquement les réactions qui accompagnent la première initiation ; une nouvelle orientation face à la vie et un nouveau monde de pensée sont enregistrés par l’initié. Ceci sera également vrai, sur une grande échelle, en ce qui concerne l’homme moderne, l’initié mondial du premier degré.  Alice A. Bailey, Traité sur les sept rayons, vol V, § 551.

Aujourd’hui, alors que des millions de personnes ont traversé individuellement cette naissance spirituelle, l’enjeu est encore plus grand car c’est l’humanité prise comme un tout qui se prépare à cette première initiation. Quand elle l’aura acquise, le monde entrera dans une ère de partage, de compréhension aimante et de justes relations.
Les besoins fondamentaux seront satisfaits : paix, nourriture, logement, accès à la santé et à la connaissance. En développant la faculté de penser, l’humanité pourra mettre du sens sur ses difficultés, elle échappera ainsi à la peur et prendra la responsabilité de participer activement et solidairement à la création d’un monde nouveau.
L’accès à cette initiation est rendu possible par une grande convergence d’énergies. Notre logos planétaire, représenté par Sanat Kumara, termine un cycle d’expériences de 25 000 ans et prépare une initiation cosmique qui stimule l’intelligence créatrice de l’humanité1. Le passage de l’ère des Poissons à l’ère du Verseau active la volonté de servir et la possibilité de transmuer la conscience individuelle en conscience de groupe. Le rayon 7 qui préside à cette première initiation est maintenant dominant. Il engendre une relation reconnue entre l’âme et le mental. Le rayon 4 d’harmonie par le conflit, qui est le rayon de l’âme de l’humanité, entrera en manifestation à partir de 2025.

En même temps, le besoin criant de réajustements économiques, le caractère universel des difficultés dans lesquelles se débat le monde montre que l’humanité entière se prépare à l’initiation. Santé, économie, social, politique, religion, tous les domaines de la société sont touchés et sommés de se remettre en question. Nous sommes au point de bascule entre le maintien de la vieille vision et l’ouverture au bien supérieur. Saurons-nous nous détourner de l’individualisme et de la séparativité pour confirmer notre orientation vers l’incarnation d’un bien commun ?

« Pour préparer cette initiation, il doit toujours y avoir – individuellement, et maintenant collectivement pour la première fois – un refus du soi inférieur et l’acceptation fervente, par la personnalité, de la perte de tous les facteurs matériels qui ont tenu l’âme prisonnière au cours des temps. D’où l’immensité des destructions matérielles observées de tous côtés, la profondeur de la pauvreté matérielle dans laquelle ont été, et sont plongés tous les hommes, le détachement de la priorité des choses qui est imposé, et la nécessité de reconstruire la vie humaine sur des valeurs plus sûres que les valeurs matérielles. »

Alice A. Bailey, Le retour du Christ, § 86.

 

 

Informations complémentaires

Format

Broché, eBook