Le Son Bleu N8 – La coopération

7.00

Parution mars 2009

La coopération : du plus haut au plus bas, le déploiement de la vie est coopération – de la compétition à la coopération – quelques expériences de coopération – les douze travaux d’hercule

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Description

 

EDITORIAL

C’est à dessein que nous associons la croix à quatre branches égales, symbole du Rayon 2 d’Amour Sagesse, au mot coopération.
Ce Rayon est le grand Rayon de l’Ame universelle qui cherche à unir Esprit et Matière. La notion de coopération est une valeur de l’âme qui doit se concrétiser au plan le plus matériel de l’existence. Quand déjà des hommes et des femmes se mettent ensemble pour répondre à un objectif en commun et en partager la responsabilité, c’est la première forme de la coopération. Quand pour un objectif donné ils associent éléments matériels et vision spirituelle cela devient de la coopération au sens supérieur : nous l’appelons conscience de groupe. Ce terme de coopération porte en lui les germes de l’évolution spirituelle de l’humanité. Ce numéro 8 du Son Bleu tente d’en couvrir quelques aspects.
Le mot coopération est souvent opposé au terme de compétition si présent dans notre civilisation actuelle.
Il va de soi que si le premier relève de l’âme, le second est la grande caractéristique de cette personnalité humaine à orientation matérielle travaillée par un désir puissant d’ambition, de pouvoir, d’argent, de connaissances de la forme. A tel point que, pendant près d’un siècle et demi, la seule lecture de l’évolution biologique qui était faite par Darwin et ses successeurs, était fondée sur la compétition. Seules peuvent survivre les espèces les plus aptes que la sélection naturelle va trier en fonction des circonstances climatiques, géographiques. Or nous savons maintenant que la nature, nonobstant la compétition qui est indéniable, fait émerger du neuf en stimulant la coopération entre systèmes vivants préexistant. La vie biologique est une synthèse entre le troisième aspect divin (matières diverses involutives, sources de compétition) et le second aspect divin (force de cohésion évolutive agissant par coopération).
Le terme de coopération a envahi peu à peu les différents champs de l’activité humaine bien que nous soyons encore très loin d’une civilisation fondée sur la coopération. Prenons l’économie ou les échanges Nord-Sud. La création des coopératives par exemple, depuis au moins les XVIIe et XVIIIe siècles. Il s’agit d’associations autonomes de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et où le pouvoir est exercé démocratiquement. Expérience difficile mais néanmoins porteuse d’espoir. Ce ne fut pas le cas de la coopération Nord-Sud, où la condescendance, voire l’arrogance des riches envers les pauvres de ce monde, fut la note dominante. Enfin signalons encore une expérience très positive, celle qui consiste à coopérer très étroitement, en agriculture, avec les formes et énergies de la nature. L’expérience de Sapp Holzer, fondateur de la permaculture, est exemplaire.
Dans le domaine de la psychologie et de la sociologie, la notion de coopération a aussi émergé. Il y a quelques décennies, la société fonctionnant sur un mode patriarcal s’organisait autour de la reconnaissance collective d’idéaux d’où découlaient des règles et des critères de bien et de mal avec un régulateur majeur en cas de transgression : la culpabilité. Aujourd’hui les idéaux collectifs et la culpabilité n’opèrent quasiment plus. Le comportement des adolescents et des jeunes adultes est là pour le montrer. Dans ces conditions qu’est-ce qui va être opérant pour réguler la vie sociale ?
La coopération avec un Bien collectif reconnu, la nature et la protection de la planète par exemple. La coopération avec un Bien supérieur en chacun d’entre nous, ce qui nous ouvre la porte de la coopération avec le spirituel.
Cette coopération intérieure est à évoquer à plusieurs degrés. Il s’agit tout d’abord pour chacune de nos personnalités de coopérer avec notre Être intérieur, notre Âme spirituelle, l’Ange de la présence (la Présence étant celle de notre étincelle divine). Cette coopération commence par un appel invocatoire à cet Ange, et peu à peu c’est lui qui prendra le dessus et un jour nous serons l’âme et l’humanité deviendra le 5e règne ou règne des Âmes sur cette Terre. Mais ne brûlons pas les étapes. Invoquer l’âme c’est aussi invoquer plus ou moins consciemment la Hiérarchie des Maîtres et des âmes avancées autour du Christ. C’est percevoir les éléments du plan divin que l’humanité doit concrétiser sur notre planète en ce début de IIIe millénaire.
Parmi ces éléments il y a cette économie de partage fondée sur la solidarité et la coopération. Beaucoup de personnes évoquent ces mots quand elles dressent les mesures propres à dépasser la crise actuelle. Nous sommes partis du 2e aspect divin pour introduire cette notion de coopération. Nous l’avons retrouvée, encore en germe, dans l’économie. Nous avons vu qu’elle était partie prenante dans la nature sauvage et dans la nature domestique (la permaculture).
Enfin elle porte des éléments essentiels de l’évolution spirituelle de l’humanité. En cette période nouvelle où s’imposent les énergies du Rayon 7 (Esprit-Matière au sens le plus concret) la notion de coopération apparaît comme une projection d’énergie d’Amour dans notre monde quotidien. Le Rayon 7 dont il est dit qu’il porte en lui la faculté de coopérer avec le Tout.

Informations complémentaires

Format

Broché, eBook