Le Son Bleu N24 – Vie et Matière

7.00

Parution septembre 2014

Vie et Matière : La vie féconde la matière – La matière révèle la vie – Entre vie et matière : éveil de la conscience.

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Description

EDITORIAL

dessin edito revue 24Il y a la VIE et la vie. Ce que nous appelons VIE, c’est la cause première, la dynamique à l’origine des choses, ce que les religions ont appelé Dieu, ce que de façon plus spécifique, nous appelons Logos solaire, Logos planétaire. Nous ne savons que peu de choses à son propos, tout au plus qu’elle est Amour et Beauté.

Et puis, autour de nous, dans toutes les formes de la nature, s’exprime ce que nous appelons la vie, faite de matière tangible et qui représente la manifestation de la grande VIE à un moment de sa manifestation.

La géométrie est l’outil idéal pour représenter symboliquement la fluidité qui va de la VIE à la MATIÈRE et réciproquement. Elle est très présente dans ce numéro du SON BLEU. C’est un cercle avec un point au centre (ou une sphère et un point central).

Le point marque l’émergence de la VIE et peut être vu comme la projection d’un axe vertical. La circonférence est le résultat du potentiel du point manifesté dans toute sa diversité matérielle.

L’espace entre les deux, celui qui réunit les deux pôles extrêmes est l’Âme ou éthérique.

Nous avons là toute la dynamique entre les trois aspects divins (Volonté du Père, rôle de passeur du Fils ou Christ, fonction réceptrice de la MÈRE – MATIÈRE). Ils sont d’égale importance.

Le symbole du cercle et du point central est universel et traduit la perfection de la manifestation divine : Rayon 1, Soleil, Or. Tel que nous le représentons, il s’applique à l’atome du physicien, à n’importe quel être de la nature, à toute représentation spatiale (planète, système solaire, galaxie, univers)

Arrêtons-nous quelque peu sur la voie celle qui va de la VIE à sa manifestation en formes. La VIE créatrice envoie une impulsion sur un espace de matière éthérique qu’elle ferme par un cercle de matière infranchissable. Si l’impulsion créatrice vise à créer un chêne, l’espace éthérique sera structuré de façon spécifique. C’est la raison pour laquelle l’éthérique est appelé la « vraie forme ». C’est elle qui, dans un acte final, transformera les matières élémentales (solide, liquide, gazeuse) en un chêne tangible où les trois aspects divins se retrouveront.

Cette MATIÈRE a posé beaucoup de problèmes à l’humanité. D’abord son rejet par certaines religions, puis son idolâtrie par la science contemporaine, au point de sombrer dans le matérialisme et de couper cette matière de ses racines divines. Souvenons-nous de la note-clé du signe de la Vierge « Je suis la Mère et l’Enfant, moi, Dieu, Je suis matière ». Même Hercule, symbole de l’âme humaine, s’y est laissé prendre. N’a-t-il pas tué la reine Hippolyte qui lui offrait sa ceinture : « Pourquoi a-t-il tué la mère de l’Enfant sacré » ? (6° Travail d’Hercule)

La MATIÈRE mérite notre Amour au même titre que les deux autres aspects divins, celui du FILS et celui du PÈRE. Elle mérite aussi que nous apprenions à la connaître. Elle n’est pas cette entité sans vie que le matérialisme voudrait nous imposer. Elle est intelligente. Intelligence qui s’exprime par le discernement, la capacité d’adaptation, l’activité ordonnée, l’aptitude à la transmutation.

Suivons enfin la voie (2) qui va de la MATIÈRE à la VIE. C’est celle que nous parcourons dans notre évolution spirituelle. Nous sommes d’abord confrontés avec les aspects matériels de notre personnalité, ignorant que nous sommes de l’existence de notre corps éthérique et de notre ÂME. Puis vient le temps de la perception d’autre chose à l’intérieur de nous-même, autre chose que l’on commence à rejeter, ouvrant alors un champ de bataille dans notre intériorité. Jusqu’au jour où la « Naissance d’en Haut », le Christ en soi, manifeste sa présence au fond de notre cœur. C’est le point de départ d’une longue marche qui nous conduira à la perception du Christ cosmique ou Âme Suprême. Puis un jour, à notre identification avec la VIE à l’arrière plan de tout.

C’est une voie semblable que suit un chercheur en physique quantique pour expliquer les rapports étroits entre la psyché humaine et les particules subatomiques : électrons, photons, protons, neutrons. Ses hypothèses le conduisent au concept de psycho matière. Toute particule serait constituée d’une partie objective, celle que la science décrit, soumise à l’exocausalité des lois de la nature. Conjointement, il y aurait, pour chaque particule, un élément relevant de la partie éthérique, et donc soumis à une endocausalité d’ordre subjectif. C’est par ce biais que les aléas de notre intériorité pourraient se manifester dans notre corps physique. Toute particule est un élément vivant.

Pierre Teilhard de Chardin écrivait déjà que « atomes, électrons, particules élémentaires doivent avoir un rudiment d’immanence, c’est-à-dire une étincelle d’esprit »

Informations complémentaires

Format

Broché, eBook